Céramiste


Yuko KURAMATSU, d’origine Japonaise et poitevine d’adoption, est passionnée de tous les travaux manuels depuis son enfance. Sa mère lui montrait à chaque voyage des céramiques de différentes régions, ce qui lui donna l’envie de, non pas seulement contempler, mais de mettre la main à la pâte.

Après quelques expériences, en 2012, Dany SOURIAU entre alors dans sa vie, lui ouvrant la porte du chemin de l’argile. Ainsi les roues commençaient à tourner et une petite céramiste se réveilla en Yuko. En continuant à exercer dans son atelier, en tant que stagiaire en formation professionnelle, elle apprit les bases, découvrit et expérimenta différentes techniques, particulièrement passionnée par le tournage.

C'est pendant cette phase d'apprentissage qu'elle se sentit de plus en plus attirée par la porcelaine et notamment la technique appelée nériage : un travail sur le mélange d'argiles colorées. Par la suite elle découvrit le travail d’Eiji MUROFUSHI, Mika SATO et leur atelier. Elle commença alors à faire des pièces de porcelaine en nerikomi.
C'est à cette période, par l'intermédiaire de Dany, qu'elle fait connaissance de Florence BEUDIN LESAINT. Et depuis, ces trois céramistes se voient régulièrement afin d'échanger leurs savoir-faire.

Au printemps 2016, M. MUROFUSHI l’a reçue pour un stage privé intensif et elle a pu rencontrer Mme SATO, et depuis elle continue à les voir.


2017 Juillet / Août - Exposition concours de la Jeune Céramique Européenne - sélectionnée.

2017 Décembre - Salon de la création métiers d'art 2017 de Nantes - 1er prix concours Banque Populaire Atlantique













Nériage et nerikomi

En France, « nériage » est le terme le plus souvent employé. Ce mot vient du japonais, « neriage » 練り上げ (ou 練上) prononcé plutôt comme nez-lit-à-guet, traduit littéralement : « pétrir-finir ».
Il y a aussi le terme « nerikomi », qui parle également du travail de mélange de terres colorées comme le nériage. Nerikomi 練り込み(ou 練込)veut dire « pétrir-mettre ».
La distinction de ces mots n’est pas stricte, mais nous constatons souvent que les pièces tournées au tour sont appelées plutôt les nériages, tandis que les pièces modelées à la main portent le titre de nerikomi.

Yuko utilise le terme « nerikomi » comme Mr MUROFUSHI et Mme SATO.


Nerikomi

Dans une pièce en nerikomi, il est possible de voir plusieurs couleurs, ou bien une seule mais avec différentes nuances.
Cela peut représenter des images abstraites comme des nuages ou des vagues, des motifs géométriques, ou encore un parfait dessin comme des fleurs.
Tout cela n'est cependant pas « peint » car ce n’est pas un travail d’émaillage, ni de peinture. Ces motifs sont le résultat de réassemblages d'argiles préalablement colorées grâce à différents pigments.

La manipulation de la porcelaine complique encore ces réassemblages à cause de sa texture bien plus élastique que le grès. Lors des différentes étapes de conception, séchage et deux cuissons, les céramistes de nerikomi, même les plus expérimentés, sont confrontés à des problèmes de fissure, casse et de déformation.


Images de la porcelaine

À chaque personne son expression de la porcelaine mais elle nous évoque : la blancheur, la noblesse, la finesse, la pureté, la sobriété...
Faites entrer la porcelaine dans votre vie, sur votre table, dans votre chambre, là où vous vous sentez bien.
Et ne vous méprenez pas, la porcelaine n’est pas aussi fragile que vous l'imaginez. Même si une tasse ou une statue vous paraît fragile et cassante, la solidité est plus élevée que celle du grès. Après la dernière cuisson, la porcelaine devient presque une pierre.


Porcelaine translucide

Yuko joue également avec la translucidité dans ses pièces en nerikomi.
La porcelaine naturelle a tendance à faire passer la lumière. Cependant les parties colorées en pigment coupent cet effet. Exposées à la lumière, ses pièces nous offre une autre ambiance, une sorte de magie : les motifs sont intensifiés et d'autres cachés apparaissent.


Touche douce, la texture finale

Yuko fait le choix de ne pas émailler ses pièces en porcelaine, afin de conserver le côté mat et pur de la porcelaine. Elle ponce toutes ses pièces après la dernière cuisson, avec plusieurs papiers. Cette étape leur donne « une peau » toute douce, très agréable au toucher. Une sauce bien colorée ou un café ne les tâchera pas.


Asanoha

« Feuille de chanvre », voilà la traduction d’Asanoha. Les triangles qui forment des hexagones représentent un des motifs traditionnels japonais. Le losange en deux triangles rappelle bien les feuilles pointues du chanvre.
Le motif Asanoha est depuis longtemps un symbole de bonne santé et également considéré comme un talisman. En effet, c'est une plante qui pousse vite, droit et très haut. Ainsi, autrefois, les parents habillaient leur nouveau né à l’âge de 2 ou 3 jours, avec un petit kimono en motif Asanoha. De plus, il y avait beaucoup de kimono avec ce motif, notamment comme sous-kimono, pour les plus grands, afin de bénéficier au plus près de son effet.
Les croyances associent souvent le triangle à un pouvoir de protection (talisman, exorcisme). Multipliés, ils augmentent leur puissance.
De nos jours, il est omniprésent grâce sa beauté mais sa signification est oubliée chez les Japonais et absente chez les occidentaux.